DES EXCRÉMENTS DE SOURIS DANS DE LA NOURRITURE SERVIE DANS UNE ÉCOLE DU QUÉBEC

PAR R. BLAIS
Un lieu d'enseignement primaire situé dans la municipalité de Chelsea, en Outaouais, l'École du Grand-Boisé, s'est vu dans l'obligation d'informer les parents des élèves d'une épouvantable situation qui a eu lieu à l'intérieur de l'établissement.

C'est que lors d'un dîner avec des pizzas organisé pour les élèves, des excréments de souris ont été retrouvés dans la nourriture.

« Par souci de transparence, nous avons communiqué aux parents toutes les informations concernant cette situation », a déclaré Maude Hébert, qui agit à titre de coordonnatrice des communications au Centre de services scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSSPO).


Pour sa part, la directrice de l'établissement d'enseignement touché, Line Sévigny, a affirmé dans une lettre destinée aux parents des élèves que « dès que les bénévoles [en charge de l'activité] s'en sont rendu compte, les pizzas ont été récupérées ».


Après la découverte des excréments, l'école a contacté le Centre antipoison du Québec pour connaître les démarches à suivre.

On leur a alors répondu que bien « qu'il n'y [ait] aucune toxine dans les excréments de souris », des bactéries pouvant causer des troubles de santé y sont présentes.

Ainsi, dans la lettre envoyée aux parents, l'école leur présente les symptômes à surveiller chez leur enfant.

« Un enfant qui aurait ingéré ces bactéries pourrait avoir des symptômes d'indigestion (nausées, vomissements et diarrhée). L'hydratation est le meilleur moyen pour atténuer et régler les symptômes. »


L'après-midi suivant, le dîner a tout de même permis au personnel scolaire de surveiller l'apparition potentielle de certains symptômes. Rien n'a été détecté.

Ni le moment où l'événement s'est produit ni le nom du restaurant ayant préparé les pizzas n'ont été rendus disponibles. Le propriétaire de ce dernier a cependant bel et bien été averti de l'affaire.

Un signalement auprès du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) a été réalisé. Celui-ci affirme d'ailleurs qu'un inspecteur se rendra prochainement sur les lieux d'où proviennent les aliments pour « corriger la situation si des non-conformités sont constatées ».

Le MAPAQ indique aussi que si des infractions sont constatées, le restaurateur devra se conformer aux correctifs nécessaires.

Également, des prélèvements alimentaires pourraient être faits, a annoncé le MAPAQ.

Source: Le Droit
pub
SUIVEZ NOUS
facebookinstagram
655 312 followers