Anaïs Favron se confie à propos du diagnostic qui a tout changé

Publié le 23 août 2023 à 5h18
PAR GABRIEL LANDRY
Récemment, Anaïs Favron a passé une entrevue avec le magazine 7 Jours.

Lors de son entrevue, elle a discuté de nombreux sujets, notamment de son diagnostic de douance. En effet, elle a passé des tests qui ont confirmé qu'elle avait un « haut potentiel intellectuel (HPI) ».

Elle explique en détail ce que représente un tel diagnostic:

« La douance concerne quelqu'un qui a un quotient intellectuel plus élevé que la moyenne, mais qui a aussi de la difficulté à bien le gérer. Ça vient souvent avec une hypersensibilité au son et/ou à la lumière, des problèmes de justice, des difficultés dans les relations sociales... L'autisme Asperger est, par exemple, une douance avec de l'autisme. Un enfant qui a de la misère à lire et à écrire à l'école peut aussi être en douance, mais on va souvent passer à côté. Il y a beaucoup de gens doués qui ne finissent pas leurs études, parce que lorsqu'on ne rentre pas dans un moule, on pense juste qu'on n'est pas bon ni intelligent, et on décroche »



Elle confie qu'au départ, elle croyait faire face à un trouble du spectre de l'autisme:

« Personne ne s'en rendait compte, j'ai fait mon petit chemin. Je ne voulais pas avoir d'étiquette »

« Je ne suis jamais sortie dans un bar, je n'ai jamais eu de Walkman. Je doute énormément, je fais beaucoup d'anxiété. J'ai peur de plein de choses, je suis hyper perfectionniste, et on sait qu'être perfectionniste n'est pas nécessairement une qualité. Parfois, je vais m'empêcher de faire quelque chose de peur que ça se passe mal. J'ai refusé des offres d'emploi de peur que ça ne fonctionne pas, j'ai été stressée toute ma vie pour plein de choses. Il n'y a pas deux doués pareils. En même temps, peu importe ce que j'essaie, je suis quand même bonne dans tout. J'observe beaucoup. Mais je n'ai jamais excellé en rien parce que je ne suis pas capable de ne faire qu'une seule chose. »

Elle explique que c'est après avoir discuté avec une neuropsychologue spécialisée en douance qu'elle a enfin décidé de consulter. Son diagnostic a d'ailleurs beaucoup changé sa manière de voir les choses:

« Pour moi, la douance, ça évoquait des petits génies à l'école et ça venait avec un petit côté prétentieux. Mais ce n'est tellement pas ça ! Oui, j'ai un bon QI, mais je n'ai pas les émotions pour être capable de bien le gérer. Si j'avais su ça avant, j'aurais travaillé moins, j'aurais fait plus attention à moi, je ne me serais pas forcée à agir comme tout le monde. Aujourd'hui, je m'écoute plus, je me donne plus de chances. J'arrête de me taper dessus et de me juger. La douance joue beaucoup sur l'estime de soi, chose que j'ai réussi à contourner grâce à mes parents, au sport et à l'art. Le conseil que je donne aux parents d'enfants doués, c'est de les aider à trouver leur passion, peu importe ce que c'est. »

Source: Monde de Stars
10 dernières chroniques
pub