Après avoir souffert d'épuisement professionnel, Claude Legault revient avec des bonnes nouvelles

Publié le 7 avril 2022 à 10h57
PAR EVE DEMERS

Claude Legault avait dû mettre une pause à sa carrière professionnelle à cause d'épuisement professionnel et ses admirateurs étaient inquiets pour lui.

C'est avec joie que nous apprenons que le talentueux acteur, qui a dû laisser tomber son rôle dans la série Cerebrum, a pris du temps pour lui afin de pouvoir remonter la pente et guérir.

Aujourd'hui, l'acteur va mieux et il se dit prêt à recommencer le travail et les tournages.

Voici ce qu'il a confié au magazine 7 jours au sujet de la série Cerebrum :


« J'ai eu beaucoup de peine et je me suis aussi senti coupable. Mais en même temps, je ne pouvais rien faire d'autre, je devais prendre soin de moi et remonter cette pente. J'ai tenté de me raisonner, mais j'avais ce sentiment de ne pas faire ce qu'il fallait. On a essayé, la production a été vraiment patiente avec moi, elle a retardé et retardé encore les tournages, mais je ne pouvais juste pas. C'était au-dessus de mes forces. Il a fallu me remplacer, et c'est tout à fait normal. »

L'acteur avait déjà vécu une expérience similaire et il s'était confié sur ce sujet sensible il y a quelques années dans une entrevue particulièrement touchante à l'émission Deux hommes en or :

« Je l'ai caché longtemps. Tu caches ça parce que t'as peur que les gens te jugent et que les gens ne t'engagent plus. On achève bien les chevaux, dans notre métier, plutôt que de les soigner. Mais je me suis dit, si je ne le dis pas, tous ceux qui sont en burn-out présentement, ou qui sont proches de l'être, ceux qui sont en dépression ou qui ne feelent pas, ils se pensent tout seuls. Si je le dis, il y en a d'autres qui vont le dire et les gens ne se sentiront pas tout seuls. On est une gang à friser ça, une gang à mettre le pied dedans, une gang à s'en sortir et d'autres qui ne s'en sortent pas. Mais j'étais rendu à pouvoir le dire parce que je me sentais sorti de là. »

Puis, questionné sur ce qu'il aurait pu faire pour éviter de se rendre là, Claude avait dit :

« M'écouter plus. J'ai souvent pris des décisions pour d'autres. Pour ne pas déplaire, pour ne pas laisser tomber l'équipe. Même en sachant que j'étais au bout de mon gaz. Sans savoir que j'étais au bout de mon gaz. Tu continues. Mais ta tank à gaz, ça fait à peu près 25 kilomètres qu'elle flash. T'as pu d'essence, mais tu continues. »

Finalement, l'acteur a terminé l'entrevue en mentionnant ce qu'il comptait faire pour le futur, en plus de donner des conseils à ceux qui pourraient souffrir du même problème :

« Je vais essayer d'être plus égoïste. Et ce n'est pas méchant d'être égoïste. Tsé, dans l'avion quand ils t'expliquent qu'il faut que tu mettes ton masque avant de le mettre à l'autre si tu ne respires pas tu vas tomber avant de pouvoir l'aider. Si toi t'es à bout de souffle, tu peux aider personne. C'est un train, je te jure. Un burn-out, tu sens venir des affaires, mais une seconde t'es correct la seconde d'après t'es pu correct. Je me souviens très bien du malaise que j'ai ressenti. J'étais bien, et tout de suite après je pensais que j'allais mourir.

On n'a pas honte de dire qu'on a une maladie du foie, qu'on s'est cassé une jambe On parle de nos cancers Toutes les maladies, on dirait qu'elles sont dédouanées. Mais pas la maladie mentale. Et pourtant Le nombre de personnes qui ont des problèmes d'anxiété, d'agoraphobie. Il y en a ici probablement. Cachez pas ça, ça sert à rien. Parlez, faites vous aider. C'est le best parce que sinon ça fait juste grossir. »

Source : Monde de Stars
10 dernières chroniques