SONDAGES     VEDETTE     TELE

Présentement EN FEU


Caroline Néron a fait une déclaration qui a surpris beaucoup de monde


PUBLICATION
Gabriel Landry
25 février 2023  (3h22)
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS



La chanteuse et femme d'affaires Caroline Néron est récemment passée en entrevue sur le plateau de l'émission Dans les médias, diffusée sur la chaîne de Télé-Québec.

Lors de cette entrevue, elle est revenue sur le moment très difficile avec son entreprise et la réaction de plusieurs médias à son égard. Elle affirme toutefois qu'elle ne garde aucune rancune par rapport à ces évènements.
L'entrevue a été ouverte sur son rôle dans le prochain film La Déesse des mouches à feu. En effet, Caroline Néron a affirmé qu'elle a pris son rôle très sérieusement et qu'elle y a donné tous ses efforts:
« C'était une belle façon pour moi de revenir dans l'oeil du public, mais comme comédienne parce qu'on ne m'avait jamais proposé ce type de rôle là. »

L'entrevue a ensuite tourné sur le sujet de la faillite de son entreprise. Caroline Néron a expliqué qu'elle a toujours tenu à être le plus honnête possible:
« Je me suis toujours très exposé, peu importe ! J'ai exposé des choses qui sont des fois qui ne sont pas nécessairement « permis » au Québec. D'exposer d'être dans le luxe. Tsé moi combien de fois on m'avait dit comme comédienne « Hiii achète-toi pas une grosse voiture les gens n'aimeront pas ça » et pour moi c'est comme j'avais envie d'être honnête tout le long dans ce que j'étais et c'était quoi ma vie. Donc je ne me suis jamais cachée d'exposer pis c'est sûr que je pense que j'étais une bonne histoire parce que c'est sûr que ça part toujours d'une rumeur, à l'interne peut-être, des gens. Tsé j'avais quand même 200 employés donc c'est parti d'une rumeur et ça intéressé des journalistes. La seule qui a mal été, je dirais que ça été fait sous forme d'enquête () je ne veux pas nommer de médias en tant que tels, mais ça reste que quand tu fais une enquête et que tu questionnes les clients, tu questionnes les fournisseurs, tu questionnes les employés tu mets des doutes en tête. Donc c'est là que je dirais que le vrai mal a été fait. C'est que ça détruit mon entreprise beaucoup plus rapidement alors que peut-être qu'elle aurait pu se remonter d'elle-même parce que le produit n'était pas désuet et il était encore aimé des Québécois. »

Rappelons qu'à l'époque, la femme d'affaires avait dénoncé le travail d'enquête du journal La Presse à son égard. Elle avait entre autres qualifié la chose d'« acharnement » lors de son passage à l'émission Tout le monde en parle. Caroline Néron a aussi évoqué sa présence à l'émission de Sophie Thibault pour parler de cette situation:
« Ce l'était parce que premièrement, on ne voulait pas avoir mon opinion à cette époque-là parce qu'on sentait qu'on tenait quelque chose de fort. On ne voulait pas que je nie les choses qui étaient dites sur mon cas () je savais qu'il y avait une enquête qui sortait et j'avais besoin de venir dire la vérité avant que quelque chose de faux sorte sur mon cas. Je ne savais pas ce qui allait sortir, mais je savais qu'il y avait énormément de choses qui allaient sortir. Donc j'ai voulu devancer le tir en allant à Sophie Thibault. Est-ce que ç'a été bon ? Je pense que oui, mais c'est vrai qu'après ça, je suis rentrée dans un mode sur la défensive. Pis, dans les faits, je n'aurais pas dû être en entrevue parce que je n'étais plus bien mentalement. »

Toutefois, Caroline Néron dit qu'elle a toujours été optimiste, même lors des moments plus difficiles. D'ailleurs, elle croit que ce sont ces moments difficiles qui l'ont poussée à revenir en tant qu'actrice aujourd'hui:
« Je travaille avec les médias et j'ai besoin des médias. »

La femme d'affaires a aussi abordé les nombreuses critiques qu'elle a reçu en 2007, après la sortie du vidéoclip de Colle-toi à moi:
« Ben moi ce qui m'inspirait c'était les Beyoncé, les Britney Spears elles m'inspiraient ces filles-là ! Mais là je tombais dans un petit marché où que t'es accessible. C'est à dire où ton voisin te voit () Faque c'est sûr que déjà là, tu viens toucher à la gente féminine qui ne sont pas très heureuses que ça se passe dans le Québec ! Ça ne nous dérange pas d'aimer une Rihanna ou une Beyoncé aux États-Unis, mais une Québécoise sexy, c'est difficile des fois pour les femmes, qu'on se le dise. »

Vous pouvez retrouver l'épisode complet de Dans les médias juste ici.
Source: Monde de Stars
10 dernières chroniques

DERNIEREHEUREQC.COM
COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES  -  POLITIQUES  -  CONSENTEMENTS