Du nouveau sur la poursuite de Bam Margera contre Johnny Knoxville et l'équipe de Jackass

Publié le 16 avril 2022 à 16h55
PAR EVE DEMERS

Huit mois après avoir poursuivi le réalisateur de Jackass Forever, Jeff Tremaine, la star Johnny Knoxville et le studio Paramount Pictures pour licenciement abusif, Bam Margera a demandé à la Cour supérieure de Los Angeles de rejeter sa plainte. Selon TMZ, le cascadeur a conclu un accord privé à la place.

Bam était initialement impliqué dans la production du quatrième film de Jackass.

Dans la version finale du film, au moins un clip le montrant a survécu au montage.

Cependant, Bam avait été renvoyé du projet en août 2020, après avoir échoué à un test de dépistage de drogues à l'Adderall et il avait porté plainte un an plus tard.


Le cascadeur a été transparent par rapport à ses luttes avec l'alcoolisme et ses périodes de désintoxication au fil des ans, mais les studios d'Hollywood ont tendance à ne pas être ouverts à ces problèmes.

Selon sa plainte initiale, en 2019, le groupe de Knoxville, Tremaine et le producteur de Jackass, Spike Jonze, ont approché Bam Margera, alors qu'il séjournait dans un centre de désintoxication, et l'ont convaincu de signer un « accord de bien-être », ce qu'il a fait sans consulter un avocat.

L'accord exigeait que le cascadeur se soumette à des tests de drogue quotidiens, mais selon la poursuite, il « n'a pas dérapé » et a pu signer un contrat avec Paramount pour travailler sur Jackass Forever, qui a duré jusqu'à l'incident d'août.

Affirmant que son Adderall lui avait été prescrit par un médecin pour traiter son trouble de l'attention, Bam et ses avocats ont déclaré que le fait de le licencier pour avoir pris ce médicament était « discriminatoire ».

De plus, disant que le cascadeur est la principale force créatrice de la franchise Jackass, car sa série de vidéos CKY a été une source d'inspiration majeure pour l'émission et les films de MTV, l'action en justice mentionne qu'il a été privé de sa juste part des bénéfices.

Dans une déclaration à EW au moment du dépôt de la plainte, Bam a dit :

« Mon procès ne porte pas seulement sur la compensation monétaire. Il s'agit d'aider les personnes ayant des problèmes de santé mentale et de dépendance de manière honnête et de ne pas profiter de leur handicap pour les arnaquer. »

Source : Entertainment Weekly
10 dernières chroniques