La SPCA explique quoi faire si nous croisons un dindon sauvage puisque le Grand Montréal est envahi

Publié le 12 avril 2022 à 8h00
PAR

Depuis quelques semaines, la présence de dindons sauvages a été signalée par énormément de personnes, notamment dans le Grand Montréal. Mais il faut quand même dire que c'est le cas un peu partout au Québec.

D'ailleurs, Élise Desaulniers, directrice générale de la SPCA de Montréal, a précisé ceci à Narcity :
« On est bombardé d'appels, mais il n'y a vraiment rien à faire. Ils ne sont pas perdus, ils n'ont vraiment pas besoin de nous. »

Elle a par ailleurs rajouté :
« Ce n'est pas des dindons d'élevage qui se sont enfuis, c'est vraiment une espèce sauvage, qu'on voyait moins dans des régions comme le Québec avant parce qu'ils étaient moins nombreux, parce que dans les années 70-80 c'était des animaux menacés, puis aussi parce qu'il faisait plus froid, donc ils ne venaient pas jusqu'ici. »

Mme Desaulniers a tenu à préciser que si quelqu'un se retrouve face à l'un d'entre eux, le plus simple c'est de l'ignorer. Elle a aussi ajouté qu'il ne sert à rien d'appeler la SPCA, sauf si l'animal est blessé.


Elle a rajouté :
« Évidemment si on est en auto, on fait attention de ne pas les blesser, comme n'importe quel autre animal qui traverserait la rue, mais si on est piéton, on l'ignore tout simplement, on continue notre vie d'humain, puis le dindon sauvage va continuer sa vie de dindon. Il n'a pas besoin de notre aide, il n'est pas en danger, il sait très bien ce qu'il fait. »

Pour sa part, le biologiste et directeur général du Zoo Ecomuseum de Sainte-Anne-de-Bellevue, David Rodrigue, affirme qu'il y a un certain nombre de raisons qui expliquent qu'on se retrouve avec plus de dindons sauvages, dont l'adoucissement des températures. Ç'a eu un impact favorable pour eux en ce qui a trait à l'accès à la nourriture et au taux de survie pendant l'hiver.

Il aussi tenu à préciser qu'il est très important de ne pas les nourrir et de réduire l'accès à la nourriture aux dindons en fermant les bacs à ordures, à recyclage et à compost ainsi qu'en utilisant des modèles de mangeoires qui empêchent la dispersion des graines au sol.

D'après lui, la meilleure façon de tuer un animal sauvage, c'est de commencer à le nourrir parce qu'il risque de développer des comportements moins naturels et de trop s'habituer à l'humain.

Voyez une vidéo captée le 9 avril dernier d'un dindon traversant nonchalamment la rue Sherbrooke à Montréal :


Source : Narcity.com
10 dernières chroniques
pub