BOUCAR DIOUF NE SE LAISSE PAS MARCHER SUR LES PIEDS LORS D'UN DÉBAT CONTRE LE MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT

PAR E. DEMERS
Lors de l'émission de dimanche à Tout le monde en parle, Boucar Diouf et le ministre fédéral de l'Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, ont eu un débat qui a créé beaucoup de réactions.

Ainsi, le ministre est venu parler du rôle du Canada dans la lutte aux changements climatiques et de son apport dans la COP15 sur la biodiversité, qui débute cette semaine à Montréal.

Il a tout d'abord été questionné sur la volonté réelle du Canada à agir dans ce domaine par Alice de Swarte, directrice de la Société pour la Nature et les Parcs - Section Québec, qui a dit, comme le rapportait Monde de Stars :

« Le défi en ce moment c'est qu'on a deux paliers de gouvernement qui sont assez ambitieux sur la scène internationale à promouvoir des cibles comme celle de 30% ou même en terme de soutien pour la question des droits humains et des peules autochtones. Après, on a plus un enjeu sur ce qu'on voit au niveau domestique dans la mise en oeuvre.


Ça c'est un premier enjeu, on voudrait voir des démonstrations très concrètes du sérieux des gouvernements à atteindre ces objectifs et pas seulement dire sur la scène internationale qu'ils vont le faire. Et un autre enjeu collectif que je pense que nous, la société civile, on essaie d'amener sur la place publique à cette COP, c'est les conséquences sous-jacentes du déclin de la nature.

On parle de nos modes de production, nos modes de consommation, nos modèles d'investissement. Ça c'est une discussion qu'il faut absolument commencer à avoir en marge des COP sur la biodiversité, en marge des COP sur le climat: on a besoin de changements de paradigmes profonds au niveau des valeurs. »


Patrick Huard, qui était également présent, a demandé à madame de Swarte si cela voulait dire qu'il faudrait passer par la décroissance, ce à quoi elle a répondu :

« On essaie de ne pas tomber dans des discours trop polarisants. Il y a des solutions, l'idée ce n'est pas de revenir à un mode de vie comme au Moyen-Âge, c'est plutôt de voir comment on peut avoir une croissance qui est compatible, qui est dans la limite de la capacité de support de nos écosystèmes. »


C'est là que le ministre est intervenu, en disant :

« Ça dépend comment on mesure la croissance. Est-ce qu'on mesure juste la croissance en termes de dollars par année par pays? Ou est-ce qu'on peut mesurer la croissance au niveau de l'éducation, de l'égalité entre les hommes et les femmes, de la culture. Il y a de plus en plus de pays qui commencent à regarder et à se doter d'indices, et le Canada en fait partie, pour mesurer la croissance autrement que juste en termes économiques. »


Boucar Diouf, qui était resté plutôt silencieux dans cet échange, a alors lancé :

« Moi je pense que la croissance en termes économiques est importante. On l'a vu avec le début de la COVID. Quand la COVID est arrivée c'est comme si les animaux sont sortis du bois en se disant où sont passés les humains? Partout dans les villes on l'a vu. Et je pense qu'on ne peut pas parler de sauver la biodiversité - sinon ça va être comme les COPs sur le climat. On l'a vu, les COPs sur le climat la grande majorité des gens se réunissent et se fixent des objectifs, mais en réalité il ne se passe pas grand chose. »


Le ministre a tenté de le couper en disant qu'il n'était pas d'accord, mais Boucar Diouf ne s'est pas laissé marcher sur les pieds et a terminé d'expliquer son point :

« Oui, je sais que tu n'es pas d'accord, mais ce que je veux dire c'est qu'on ne peut pas parler de sauver la biodiversité sans imposer une frontière à l'espèce humaine. Ça veut dire confinement géographique, économique et démographique. Si on ne va pas là-dedans, on ne peut pas dire qu'on va sauver la nature. Edward Wilson a calculé que le rythme d'extinction des espèces aujourd'hui est de 100 à 1000 fois supérieur à la dernière grande extinction qui a emporté les dinosaures. »


Le ministre a alors répliqué :

« Si tu me permets, les gens disent que ça ne sert à rien ces conférences-là. Il y a dix ans, sur les changements climatiques, les scientifiques nous disaient qu'on se dirigeait vers un réchauffement planétaire d'au moins quatre à cinq degrés Celsius. Et là, les dernières études parlent d'un réchauffement de 1,7 à 2,4 degrés. Et là on voit tous les bouleversements qu'on a avec 1,1 degré Celsius de réchauffement.

1,7 c'est déjà beaucoup, on s'est entendu à Paris qu'il fallait essayer de limiter ça à 1,5, donc 1,7 à 2,4 c'est encore trop. Mais c'est beaucoup moins que le 4 à 5 degrés où on s'en allait. Est-ce que les pays agissent juste à cause de ces conférences-là? Non. Mais est-ce que dans ces conférences-là on se challenge les uns les autres et les ONG nous critiquent? Si ce n'était que ça - et ce n'est pas que ça - je pense que c'est déjà important. »


Voici un extrait vidéo de l'échange :



Dans les commentaires, plusieurs ont applaudi Boucar Diouf pour avoir défendu son point, comme le rapportait Monde de stars:

« Merci Boucar Diouf de ne pas avoir la langue de bois. Vous connaissez mieux les enjeux sur la biodiversité que le ministre. »

« C'est interessant d'entendre Boucar parler d'environnement et de biodiversité. »

« Incroyable, mais Boucar Diouf a été beaucoup plus intéressant, et plus pertinent que notre ministre de l'environnement qui n'a rien dit. »

« Steven Guilbault n'était pas d'dans ce soir, il n'a pas l'air à connaître son sujet plus qu'il ne le faut...... d'un rien, Boucar Diouf l'a mis en boîte ca n'a pas été long. Vive Boucar et j'espère qu'il est invité à la COP15. »


Vous, qu'en pensez-vous?

Pour voir l'entrevue complète, c'est ICI.

Source : Monde de Stars
pub
SUIVEZ NOUS
facebookinstagram
655 312 followers