Québec solidaire promet une assurance dentaire publique universelle

Publié le 1 septembre 2022 à 12h07
PAR

Dans son programme mis en place dans le cadre des élections générales québécoises de 2022, Québec solidaire (QS) a repris un engagement qui fait partie de ses lignes directrices depuis toujours, l'assurance dentaire publique universelle.

Cependant, sa facture estimée à 790 millions de dollars annuellement est beaucoup moindre que celle proposée aux dernières élections, en 2018, qui était quant à elle estimée à 950 millions de dollars par année.

Cette baisse de prix est en grande partie due au fait que QS calcule que la province aurait droit à 250 millions de dollars en exerçant « son droit de retrait avec pleine compensation » si l'entente de soin dentaire entre le Parti libéral du Canada et le Nouveau Parti démocratique du Canada était bel et bien adoptée.

S'il est porté au pouvoir, QS compte mettre en place, et ce, dès son premier mandat, une assurance dentaire publique universelle qui couvrira l'entièreté des soins dentaires des personnes de moins de 18 ans ainsi que des prestataires de l'aide sociale et des personnes âgées qui reçoivent le Supplément de revenu garanti.


De même, l'assurance dentaire publique universelle couvrira 80 % des frais de nettoyage et des soins dits de prévention des personnes adultes. Aussi, 60 % des frais pour les soins curatifs, tels que les plombages et les traitements de canal, seront aussi couverts.

Cette assurance dentaire fait partie de la stratégie de réduction des factures du parti, lui qui estime que les Québécois dépensent environ 515 $ « par ménage, par année, pour aller chez le dentiste, en facture ou en paiement d'assurances ».

L'annonce a été réalisée alors que le co-porte-parole et chef parlementaire de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, qui est également le candidat pour le poste de premier ministre, faisait une tournée dans la région de la Gaspésie.

Selon la candidate du parti dans la circonscription de Bonaventure, Catherine Cyr-Wright, l'endroit où a été faite l'annonce n'est pas un hasard, puisque la région compte « deux fois moins de dentistes et d'hygiénistes par habitant » que la région montréalaise.

Pour parvenir à mettre en place sa stratégie, QS souhaite mettre fin au libre marché. Il compte également obliger les dentistes à s'établir « là où sont les besoins de la population », en instaurant des primes d'éloignement. La formation politique veut aussi imposer une grille tarifaire et déployer un « programme de soins d'hygiène dentaire préventive dans les CPE, les écoles, les CLSC et les CHSLD ».

Source : La Presse
10 dernières chroniques
pub