Opération policière à Saint-Elzéar: tout le Québec en alerte, sauf la municipalité ciblée

Publié le 4 septembre 2022 à 20h53
PAR

La grande majorité de la population a sursauté, vendredi dernier, alors que la Sûreté du Québec (SQ) avait émis un avertissement via le système « Québec En Alerte » du gouvernement du Québec, signalant un homme « armé et dangereux » qui se cachait dans la petite municipalité de Saint-Elzéar, dans la région administrative de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, où vivent quelques 460 habitants.

Le hic, c'est que très peu de ces 460 personnes ont reçu ladite alerte, étant donné le trop faible réseau cellulaire.

La mairesse de la municipalité, Pâquerette Poirier, espère que cette intervention policière pourra faire bouger les choses et améliorer le réseau cellulaire. C'est d'ailleurs un enjeu qu'elle défend depuis son élection en 2021.

« Ça a été ma première bataille, le réseau cellulaire, et aujourd'hui, par malheur, on a constaté que c'est vraiment une nécessité, ce n'est pas un caprice. [] Dans le village, il n'y a pas grand monde qui capte le réseau cellulaire. »



Elle explique aussi avoir elle-même contactée certains citoyens pour les informer de la situation qui était en cours et qui demandait aux habitants de se mettre à l'abris.

« Les gens m'appelaient et me demandaient : "Qu'est-ce qui se passe? On entend à la radio et à la télévision que Saint-Elzéar est en alerte, mais on n'a reçu aucun message sur nos cellulaires". »

Elle affirme que les policiers sur place avaient aussi de la difficulté à recevoir les informations.

Elle voit en cet événement le moment de parfaire le système de réseau cellulaire dans la province.

« C'est une question de sécurité publique. »

Éric Dubé, le préfet de la MRC de Bonaventure – où est située la municipalité de Saint-Elzéar –, est du même avis que Mme Poirier.

« Ça va nous servir d'argument pour continuer à cogner sur le clou de l'importance de déployer de la téléphonie cellulaire. »

Les deux partagent la vision que le problème de réseau cellulaire doit se régler le plus tôt possible.

« On devrait aller plus rapidement et ne pas attendre 2024 pour avoir le service partout en Gaspésie. Ça n'a juste pas de bon sens », soutient Mme Poirier.

« Ça fait plus de neuf ans que je suis en politique municipale et on en parlait il y a neuf ans, donc on est déjà en retard de plusieurs années », explique quant à lui M. Dubé.

« Qu'est-ce qu'on attend pour donner le réseau cellulaire et l'Internet partout? Ce n'est pas parce qu'on est en Gaspésie qu'on ne paie pas moins cher que les autres, on paie le même prix, mais on n'a pas le service. On est obligé de garder des lignes murales », continue la mairesse de Saint-Elzéar.

Pâquerette Poirier a assuré qu'elle ferait de cette problématique un enjeu électoral dans le cadre des élections générales québécoises.

« On va passer des coups de fil aux candidats, peut-être pas cellulaires, mais on va en discuter avec ceux qui se présentent. Il faut que ça débloque rapidement. [] On va voir avec les candidats ce qu'ils pensent de la situation des gens qui sont dans une zone qui doit être sécurisée par la police, mais qui ne sont même pas au courant des faits. »

Le préfet Dubé fera pour sa part appel au ministère québécois de la Sécurité publique pour faire de la pression.

« On doit continuer à travailler avec les paliers de gouvernement et Telus pour essayer de trouver une solution à très court terme. »

Il indique par ailleurs avoir déjà passé le massage à l'équipe du premier ministre du Canada, Justin Trudeau, lors de son récent passage dans la région.

La SQ fera aussi enquête pour connaître les détails qui ont fait que l'alerte a été émise à l'ensemble de la population du Québec.

Source : Radio-Canada Info (ICI Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine)
10 dernières chroniques